www​.bouchardais​-valde​loire​.com

Les vil­lages du Bouchardais… tous dif­férents, tous de caractères…

D’est en ouest, de la rive droite à la rive gauche, nous vous invi­tons à décou­vrir nos villages…

Rien n’y manque : des paysages var­iés dus à leurs cours d’eau, aux cul­tures viti­coles et céréal­ières, aux forêts. Tous prop­ices aux ran­don­nées, que ce soit à pied, à vélo, à cheval ou en voiture. Tous investis d’un pat­ri­moine religieux riche, d’imposants manoirs, de fer­mes for­ti­fiées et d’un pré­cieux petit patrimoine.Vous irez de décou­vertes en décou­vertes…
D’ailleurs, l’un de nos vil­lages, Crissay-​sur-​Manse, s’enorgueillit de compter parmi «les plus beaux vil­lages de France»

Comme le dit un de nos maires, “le Bouchardais veut vivre au présent sans délaisser le passé et
en investis­sant dans l’avenir en har­monie avec ses traditions…”

Anché

Les fron­tières d’Anché sont représen­tées au nord et à l’ouest par deux riv­ières, la Vienne et la Veude. Cette com­mune qui ne manque pas de charme puise son orig­ine anci­enne dans le XIIe siè­cle. Elle a pu ainsi hériter de belles demeures tra­di­tion­nelles con­stru­ites en tuffeau et cou­vertes d’ardoises.

La plage a pour nom d’origine : “le Port Mar­guerite”, appelé ainsi car une anci­enne voie romaine, la voie Mar­guerite, per­me­t­tait de se ren­dre d’Anché à Cra­vant (sur l’autre rive) en pas­sant à gué.

Avon-​Les-​Roches

La com­mune est riche d’un passé floris­sant qui va du Moyen Age au XXe siè­cle. Le bourg est dom­iné par l’église édi­fiée aux XIIe et XIIIe siècles.

En direc­tion de Crissay-​sur-​Manse, la col­lé­giale des Roches Tranche­lion, édi­fice Renais­sance, domine le paysage

Au nord, tout en lan­des et forêts, le plateau du Ruchard est classé pour une grande par­tie en zone Natura 2000.

Brizay

Au milieu des cul­tures céréal­ières et viti­coles qui car­ac­térisent ce ter­ri­toire, on peut aller selon l’humeur, à pied, à vélo ou en voiture, de hameaux en hameaux, notam­ment Crèze,

Le Grand Cléré, le Bois Légat, situés sur les coteaux, offrent un mag­nifique panorama sur la Val­lée de la Vienne.

Ne pas man­quer la ren­con­tre avec Rabelais sous la forme du “pavé de Gar­gan­tua”, dol­men situé dans un champ à Grosbois.


Chezelles

Vil­lage inso­lite car comme se plaisent à dire ses habi­tants : “Nous avons deux vil­lages, un vrai vil­lage qui n’est pas le chef-​lieu et un chef-​lieu qui n’est pas un vrai village”.

C’est au hameau de « Lièze », qu’on trouve l’église romane “Notre-​Dame-​et-​Saint-​Sauveur” du XIe siè­cle, à remar­quer son éton­nant por­tail à dou­ble vous­sure en plein cintre.

Cravant-​les-​Coteaux

A trois vis­ages : son vieux bourg sur un fond de forêt, ses vignes à flanc de coteau et le nou­veau bourg qui s’étend sur toute la val­lée jusqu’à la Vienne. Cra­vant doit sa renom­mée à son vin d’appellation con­trôlée Chinon.

Mais ici, lorsqu’on va déguster du vin, on dit que l’on va boire du Cra­vant. C’est aussi le lieu du bien vivre et du bien-​être.

Crissay-​sur-​Manse

Véri­ta­ble perle de la Touraine bor­dée par la ver­doy­ante val­lée de la Manse, petit vil­lage authen­tique label­lisé «Plus Beaux Vil­lages de France», il invite à une prom­e­nade archi­tec­turale à tra­vers ses ruelles pais­i­bles, ses belles demeures et son château accroché au coteau, bâti aux XIVe et XVe siè­cle sur les fon­da­tions d’une forter­esse primitive.

Crouzilles

Le bourg est dom­iné par l’église Notre Dame édi­fiée au XIIe siè­cle sur une nécro­p­ole mérovingi­enne, point de départ pour s’adonner aux ran­don­nées cyclistes et pédestres.

Trois par­cours : les bords de Vienne de l’Ile Bouchard à Trogues ; une anci­enne ligne de chemin de fer qui va de l’Ile Bouchard au site de Mougon ; enfin le sen­tier des Vignes, jalonné de nom­breuses “loges” qui ser­vaient d’abri aux vignerons.

L’Ile-Bouchard

L’île et ses deux bourgs situés de part et d’autre de la Vienne, Saint Gilles et Saint Mau­rice, for­ment encore aujourd’hui un cadre agréable et prop­ice aux prom­e­nades et à la flânerie.

A voir absol­u­ment le Prieuré Saint Léonard de l’époque romane et le Musée du Bouchardais.

Les ravis­sants bords de Vienne sont amé­nagés pour flâner, pique-​niquer, pécher et même se baigner.

Pan­zoult

Pos­sède de nom­breux ves­tiges : des voies gallo-​romaines puis, dès les XIe et XIIe siè­cles, des édi­fices comme l’église Saint-​Vincent.

L’ancien château de Ron­cée, nous laisse un pigeon­nier avec sa tour hexag­o­nale coif­fée d’un dôme à lanternon.

Pan­zoult peut s’enorgueillir de sa superbe cave entière­ment sculp­tée (exploitée par l’association des vignerons et pro­priété de la commune)

Rilly-​sur-​Vienne

Domine le Val de Vienne au sud du can­ton du Bouchardais. Au cœur du vil­lage l’église du XVe Siècle.

On peut y décou­vrir le bla­son de la famille Odard, Seigneur de Rilly, les cinq coquilles rap­pel­lent soit un pèleri­nage à Saint-​Jacques de Com­postelle en famille, soit l’accueil des pèlerins.

Le parc naturel régional Loire-​Anjou-​Touraine pro­pose, sur rendez-​vous, une sor­tie péde­stre : décou­verte de la faune et de la flore sur ses pelouses cal­caires où pais­sent des moutons.

Sazilly

L’économie repose sur la cul­ture du blé, de la vigne et l’élevage.

Aux siè­cles précé­dents, riche de qua­tre ports, dont chaque embar­ca­tion (gabare) achem­i­nait vin, céréales, pier­res de tuffeau jusqu’à Nantes après y avoir débar­qué sel, ardoises et chaux.

Sazilly pos­sède quelques sites remar­quables, dont l’église, édi­fiée au début du XIIe siè­cle, pos­sède de mag­nifiques voûtes angevines.

Tavant

C’est un pais­i­ble vil­lage proche de la Vienne.

Sa célèbre église romane des XIe et XIIe siè­cles, au por­tail décoré de pommes de pin encadré de petites arca­tures aveu­gles rap­pel­lent l’art roman du Poitou. A l’intérieur, l’abside et ses pein­tures murales.

Sous le chœur, un des plus célèbres ensem­bles de fresques romanes de France, cou­vre les voûtes d’énigmatiques per­son­nages pleins de vie, elles ont été récem­ment restaurées.

Theneuil

Le château du Tem­ple, dit de style “trou­ba­dour”, date du XIXe siè­cle et domine l’Ile-Bouchard et la val­lée de la Vienne.

Prof­iter de l’église de la Trinité qui raconte mille ans d’histoire, on peut aussi apprécier une bâtisse du XVIe siè­cle et un pigeon­nier à tour car­rée récem­ment restauré.

L’aire de loisirs du Pré du chêne, véri­ta­ble havre de paix, offre une halte ombragée.

Trogues

Plaira aux amoureux de la nature. Les pêcheurs pour­ront apprécier le calme et la beauté des berges de la Vienne et les ran­don­neurs s’adonneront à leur sport favori sur les trois cir­cuits homo­logués qui les emmèneront vers la forêt ou les plaines qui bor­dent la Vienne.

A la fin du XIXe siè­cle le bourg se développe à par­tir de la pro­duc­tion de chaux la plus impor­tante du départe­ment jusqu’en 1981. La voie fer­rée, aujourd’hui désaf­fec­tée, témoigne de cette anci­enne activ­ité économique de Trogues.