L’histoire à tra­vers… le pat­ri­moine religieux

Les églises, chapelles et prieurés que l’on peut admirer dans notre paysage témoignent de l’histoire du Bouchardais.
Dès l’époque romane à la fin du Moyen Age, de nom­breuses églises rece­vaient les pèlerins par­courant le chemin de Compostelle

L’édifice le plus ancien de la région, attribué à l’époque car­olingi­enne, est la Vieille Eglise de Cravant-​les-​Coteaux.
Beau­coup d’indices nous font penser que l’Eglise fut con­stru­ite au IXe siè­cle, cela en fait l’un des plus vieux sanc­tu­aire de notre région.

Un ensem­ble excep­tion­nel de pein­tures
murales du XIIe siè­cle a été redé­cou­vert
au milieu du siè­cle dernier dans l’église de Tavant.

Les fresques de sa crypte, typ­ique­ment romanes,
ont été inté­grale­ment repro­duites au musée
du Mon­u­ment Français à Paris
.

Au XIe siè­cle, la prospérité des cam­pagnes encour­age la fon­da­tion de prieurés rat­tachés aux grandes abbayes romanes.
Au XIIe siè­cle, de nom­breuses églises sont édi­fiées tel celle d’Avon les Roches sous le porche de laque­lle un graf­fiti,
évo­quant la mort de Charles le Téméraire, a été authen­tifié du XVè siè­cle

Un par­cours roman per­met aussi de décou­vrir de vil­lage en vil­lage un ensem­ble d’églises parois­siales aux por­tails ouvragés :
St Gilles à L’Ile Bouchard, Parçay sur Vienne, Crouzilles,l’église de Lièze, blot­tie dans la cam­pagne de Chézelles,sans oublier celle
d’Avon les Roches et son porche à char­p­entes sculp­tées, ainsi que le prieuré Saint Léonard de l’Ile-Bouchard
avec son remar­quable ensem­ble de chapiteaux sculptés.

La péri­ode goth­ique est aussi illus­trée dans un petit nom­bre d’églises cou­vertes de voûtes bom­bées dites angevines ; sou­vent situées en bord de Vienne comme Saint Hilaire de Sazilly , Saint Vin­cent de Pan­zoult, l’église Saint Sym­phorien d’Anché et enfin pour le XIVe et le XVe siè­cle dans le style flam­boy­ant, l’église Saint Mau­rice de L’Ile Bouchard.

La Renais­sance, époque de prospérité et de con­struc­tion des châteaux de la Loire, voit s’élever de beaux édi­fices : l’église de Crissay, con­stru­ite par les seigneurs Turpin de Crissay s’impose par sa sobriété ; la Col­lé­giale des Roches Tranche­lion, bien que ruinée, offre encore une façade dont le décor allie le goth­ique finis­sant à l’innovation de l’art italianisant.